Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:38

Atari 5200

L'Atari 5200 est une console de jeux vidéo de deuxième génération produite par Atari sortie en 1982. Elle est créée pour concurrencer les consoles de Coleco et de Mattel qui à cette époque sont les plus puissantes et les moins chères du marché. Elle ne sortira pas en France car sa grande sœur l'Atari 2600, sortie en 1977 aux États-Unis, ne sortit qu'en septembre 1981 en France alors que la 5200 ne sortit qu'un an plus tard seulement, en 1982, aux États-Unis. Le trop faible temps de présence de la 2600 en France, avec près d'une génération de retard sur les États-Unis, ajouté au fait que la 5200 fut un bide aux États-Unis contrairement à la 2600, n'incita pas Atari à sortir sa 5200 en France, il faudra attendre 1990 et l'Atari 7800.

L'Atari 5200 était innovante surtout grâce à ses quatre ports manettes de série, et son tiroir de rangement pour manette, mais malgré cela elle restera un échec.

Historique[modifier le code]

L'Atari 5200 est essentiellement un Atari 400 sans clavier. Ceci prouve que les conceptions d'Atari peuvent rapidement s'adapter au marché. La console apporte un nouveau joystick révolutionnaire avec un manche analogique et des touches de fonction (start, pause, reset). Elle bénéficie d'autres innovations comme un tir automatique et quatre ports de joystick. La conception sans centrage du manche s'avère sans avantage et peu fiable, énervant beaucoup d'acheteurs. Tandis que les 5200 recueillent de nombreux adeptes grâce à une bibliothèque de jeux de haute qualité, elle doit faire face à une nouvelle concurrence avec la Colecovision et à une économie qui devient de plus en plus vacillante. La question de savoir quel système serait supérieur à l'autre est devenue inutile quand le marché du jeu s'est effondré en 1983-1984, tuant les deux consoles dans leur perfection.

Spécifications techniques[modifier le code]

  • CPU : 6502C cadencé à 1,79 MHz
  • Résolution d'affichage : 320×192 pixels, 16 couleurs à l'écran (sur 256)
  • Son : 4 voies
  • RAM : 16 Ko
Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:38

Atari 2600

L’Atari 2600, à l’origine appelée Atari VCS, est une console de jeux vidéo de deuxième génération produite par Atari entre1977 et 1991.

Sommaire

Histoire[modifier le code]

L’Atari 2600 est lancée en octobre 1977 au prix de 199 USD (de l’époque) soit 163,43 €, livrée avec une paire de joysticks et le jeu Combat. C’est la troisième console à cartouches, après la Channel F de Fairchild et la RCA Studio II, commercialisée un an plus tôt (les précédentes consoles du marché intègrent un ou plusieurs jeux sans la possibilité d’en adjoindre d’autres). À l’origine, le nom de la console est Atari VCS, pour Video Computer System. Le nom Atari 2600 est utilisé pour la première fois en 1982 lors de la sortie de l’Atari 5200. Avec entre 25 et 40 millions d’unités vendues, l’Atari 2600 est la console la plus populaire de sa génération2. Le succès est historique, marquant l’avènement d’un marché de masse pour le jeu vidéo. La console rapporte beaucoup d’argent à la société Atari jusqu’en 1983 et la crise du marché du jeu vidéo aux États-Unis. Vendue principalement aux États-Unis et en Europe, elle est produite jusqu’en 1991, ce qui constitue un record de longévité sur les marchés occidentaux.

Atari ne rémunère pas ses développeurs proportionnellement au succès des jeux.Rick Mauer, le programmeur de Space Invaders, ne reçoit que 11 000 $ pour son travail, alors que le jeu procure plus de 100 millions de dollars à Atari. Warren Robinett, le programmeur d’Adventure, proteste contre la politique d’anonymat d’Atari. L’entreprise ne publie pas le nom des employés ayant participé au projet. Warren Robinett inscrit son nom dans une pièce cachée du jeu, c’est le premiereaster egg connu dans un jeu vidéo. Beaucoup d’autres programmeurs quittent la compagnie pour créer des sociétés de développement indépendantes ; Activision en fait partie. Atari essaie de bloquer les développements externes pour l’Atari 2600 en portant plainte, mais la justice tranche favorablement en faveur des développeurs tiers. Atari souffre également d’un problème d’image à cause d’un certain nombres de jeux pornographiques comme Custer’s Revenge produits par Mystique.

En France[modifier le code]

La console est commercialisée en France du 1er septembre 1981 à 1991. C'est la deuxième console de salon à sortir en France après la Videopac de Philips. Ses principaux concurrents à l'époque sont la Videopac de Philips (sortie en 1979), l'Intellivision de Mattel (sortie en juillet 1982), la Vectrex de Milton Bradley (sortie en mai 1983) et laColecovision de Coleco (sortie en juin 1983). Il se vendra 25 000 Atari 2600 en France en 19863.

Versions de la console[modifier le code]

Modèle original : c'est le premier, sorti en 1977 aux États-Unis avec le jeu Combat. La console est encombrante et relativement lourde, ce qui lui donnera le surnom "Heavy Sixer". Elle est reconnaissable à ses 6 boutons type "switch" et sa finition bois. Elle est d'abord assemblée aux États-Unis, puis à Hong Kong.

Modèle "S" : il remplace le modèle original en 1980, avec un encombrement et surtout un poids qui sont réduits, et seulement 4 switchs au lieu de 6. La finition bois est conservée, et le jeu combat ainsi que deux contrôleurs type Pong sont toujours inclus dans l'emballage. (Code produit : CX-2600S - Sortie française en septembre 1981).

Modèle "S" version 2 : il sort en 1982 et prend pour la première fois l'appellation 2600, l'Atari 5200 étant lancée à la même date. Il a les mêmes caractéristiques que le modèle S mais avec une finition plastique seulement et des packages variés pouvant ne pas inclure les contrôleurs type Pong et le jeu Combat. Entièrement noire, elle était surnommée la « Dark Vador » par les fans.

Atari 2600 Jr : En 1985, Atari décide de moderniser l'apparence de sa console emblématique en lui donnant une apparence proche de la future 7800, qui sort l'année suivante. La nouvelle mouture, nommé "2600 Jr", était proposée pour 50 USD, ce qui en faisait un système abordable par rapport aux 8-bit plus puissantes de la même époque, comme les Nintendo Entertainment System ou la Sega Master System.

Atari 2700 : ce modèle n'a jamais été commercialisé, et a été présenté par Atari au CES 1981 pour rénover l'image de sa console avec un design futuriste et des manettes sans fil à ondes radio.

Jeux[modifier le code]

La ludothèque de la console comprend environ 900 titres dont des hits originaux (Adventure, Kaboom!, Pitfall!, Yars’ Revenge, etc.), des conversions de jeux d’arcade célèbres (Asteroids, Missile Command, Pac-Man, Space Invaders, etc.) et les premiers jeux sous licence (E.T. the Extra-Terrestrial, Raiders of the Lost Ark, etc.).

Spécifications technique[modifier le code]

- Terrain de jeu: 40 × 192 (pixels rectangulaires de rapport 1 sur 8) en 2 couleurs par lignes.

- sprites : 5 objets mobiles d’une seule couleur par lignes :

deux joueurs de résolution 8 × 192 (pixels rectangulaires de rapport 1 sur 2 zoomable 2 ou 4 fois) d'une finesse équivalente à du 160*192 hors zoom.

deux missiles de couleur identique ligne à ligne à leur joueur.

une balle de couleur identique ligne à ligne à la couleur de fond du terrain de jeu.

  • couleurs : 128 (16 couleurs avec 8 niveaux d’intensité chacune) en NTSC 104 en PAL. Le modèle français SÉCAM n’affichait que 8 couleurs en fait il recolorait la version N&B du jeu.
  • son : Deux voix mono
  • mémoire principale : 128 octets VLSI
  • mémoire de masse (cartouches de jeux) : De 2 et 4 Kio (mais possibilité d’extension théoriquement illimitée en passant par la technique de bank switching)
  • connecteurs d’entrée :
    • deux ports DB9 pour joysticks, paddles, « trackballs », ou clavier 12-touches (0–9, #, et *)
    • six interrupteurs (version originale) : Marche/Arrêt, Signal TV (noir et blanc ou couleur), Difficulté pour chaque joueur (appelé A et B), Select, et Reset
  • connecteurs de sortie : noir et blanc ou couleur (NTSC ou PAL) et sortie son

Line-Up[modifier le code]

Air-Sea Battle, Basic Math, Blackjack, Combat (fournit à l'origine avec la console), Indy 500, Star Ship, Street Racer, Surround, Video Olympics

Paradoxe de la VCS 2600[modifier le code]

  • Il est très intéressant de comprendre qu'à l'origine Atari cherchait à faire un Pong plus évolué et n'avait imaginé que des jeux de « duels » où deux joueurs se renverraient une balle, ou se lanceraient des missiles sur un terrain de jeu d'où les noms des composants graphiques. Un peu comme ce qui se voyait sur l'Odyssey mais avec des graphismes de joueurs plus évolué et un terrain de jeu couleur affiché par l'écran au lieu d'un overlay. En regardant les jeux du lineup tel que Combat ou Indy500 on se rend bien compte de ce qu'Atari souhaitait proposer initialement.
  • Pour économiser en composants électroniques ils avaient décidé de laisser gérer la routine d'affichage par le programmeur plutôt que par des composants. C'est de cette économie initiale qu'ont pu naître au fil du temps tous ces gameplays nettement plus évolués que ceux qui se faisaient à l'époque de la conception de la console. En effet l'affichage s'effectuait ligne par ligne. De ce fait la balle et les missiles peuvent être réutilisés sur chaque ligne. Dans Pitfall! les lianes sont composées de dizaines de « balles » les unes sous les autres, tandis que dans Jungle Hunt elles sont composées de missiles ; ce que l'on peut constater car sur les lignes où est le personnage elles ont les mêmes couleurs que le personnage.
  • Les quatre couleurs (terrain de jeu arrière-plan, terrain de jeu premier plan (repris par la balle), joueur 1 (repris par missile1), joueur 2 (repris par missile 2)) peuvent être changées à chaque ligne ce qui permit des arrières-plans bien plus riches que ce qui était imaginé à la base. Un jeu comme Keystone Kaper montre à quel point on pouvait avoir un jeu coloré.
  • Les sprites ne pouvaient pas être affiché directement à une position à l'écran, le programmeur devait compter le nombre de cycle pour savoir où en était le canon à électron du téléviseur avant d'afficher le sprite à l'écran ce qui donnait une précision de positionnement à 9 pixels près ; pour corriger ceci il était prévu de pouvoir déplacer ce sprite en provoquant un retard à l'affichage.
  • Les joueurs peuvent être utilisés jusqu'à 3 fois par ligne grâce à une astuce les faisant se déplacer après leur affichage effectif à l'écran. C'est comme ça que les programmeurs ont pu afficher des rangés de 6 extraterrestres dans Space Invaders (3 sprites joueur1 et 3 sprites joueur2).

On peut les redéfinir à la volée, ce qui permet dans Space invader d'avoir des rangées d'extraterrestres différents.

  • Les scrolling verticaux sont très vite apparu grâce à ce traitement ligne à ligne, notamment dans River Raid et des scrolling horizontaux comme on pouvait le voir dansDefender. Après tout à redessiner en permanence le terrain de jeu pourquoi ne pas le faire bouger...
  • Pour créer un jeu d'échec (nécessitant donc jusqu'à huit pièces) l'auteur de la routine d'affichage a du combiner plusieurs astuces, redéfinir les sprites à la volée et les afficher en « store vénitien » ; par exemple au démarrage sur la ligne 1 il affichait tour, fou, dame, cavalier sur la ligne 2 cavalier, roi, fou, tour etc.
  • C'est donc bien grâce à l'économie initiale sur des composants dédiés que les gameplay des jeux vidéo domestiques ont pu faire leurs premiers grands bonds en avant.
Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:36

APF Imagination Machine

L'APF Imagination Machine est une combinaison de console de jeux vidéo et d'ordinateur personnel produite par APF Electronics Inc. et sortie fin 1979.

La machine est composée de deux éléments distincts, la console de jeu APF-M1000, et l'ajout d'une baie d'accueil avec un clavier de machine à écrire, ainsi qu'un lecteur de bande.

L'APF-M1000 a été spécifiquement construit pour rivaliser avec l'Atari 2600. L'Imagination Machine a la distinction d'être l'un des, sinon le premier, ordinateur personnel à prix abordable pour se connecter à la télévision, et est toujours l'une des consoles les plus extensibles jamais commercialisée.

L'APF Imagination Machine complet, comprend la console APF-M1000 et le composant d'ordinateur IM-1, à l'origine vendu pour environ 700 dollars.

Sommaire

Spécifications techniques[modifier le code]

  • CPU: 8-bit 0.89 MHz Motorola 6800 (3.579 MHz Oscillator divided by 4)
  • ROM: 14 KB
  • RAM: 9 KB extensible à 17 KB (8 KB / 16 KB + 1 KB)
  • Video Display Controller: MC6847
  • Résolutions: 256×192×4 / 128×192×8
  • Couleurs: 8
  • One sound channel en 5 Octaves
  • Contrôleurs: 2
    • 13 boutons
      • clavier numérique de 0 à 9
      • touches Clear et End
      • gâchette
    • joystick 4 directions

Liste des cartouches[modifier le code]

Seulement 15 cartouches officielles de jeux ont été publiés par APF Electronics Inc., et une cartouche livrée avec la console, interprète de programmes en BASIC; toutefois certaines cartouches de jeux contenaient plusieurs titres.

Beaucoup de jeux ont été créés par une communauté active de programmateurs, et distribués à travers leurs bulletins mensuels. Mais ces jeux sortaient sous la forme de cassettes, ou dans certains cas, comme de simples impressions du code qui devra être tapé.

La liste des jeux officiels est la suivante:

  • Artist and Easel
  • Backgammon
  • Baseball
  • Blackjack
  • Bowling / Micro Match
  • Boxing
  • Brickdown / Shooting Gallery
  • Budget Manager
  • Casino
  • Catena
  • Hangman / Tic-Tac-Toe / Doodle
  • Pinball / Dungeon Hunt / Blockout
  • Rocket Patrol
  • Space Destroyers
  • UFO / Sea Monster / Break it down / Rebuild / Shoot
Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:36

PF-M1000

L'APF-MP1000 est une console de jeux vidéo à cartouches de deuxième génération produite par APF Electronics Inc. et sortie en 1978.

Les deux contrôleurs ne sont pas détachables, ils comprennent un joystick et un pavé de 12 boutons chacun. L'APF-MP1000 peut être utilisé uniquement sur un téléviseur en couleur. La console est livrée avec un jeu intégré, Rocket Patrol.

L'APF-MP1000 est une partie de l'APF Imagination Machine.

Sommaire

Spécifications techniques[modifier le code]

  • Processeur: Motorola 6800 (8-bits) cadencé à 3.579 MHz
  • RAM : 1 KB
  • Palette : 8 couleurs
  • Résolution : 256x192 (32x16 caractères)
  • Son : Haut-Parleur intégré
  • Alimentation: 7.5 V AC 0.8 A ou 12 V DC 0.5 A

Liste des cartouches[modifier le code]

  • MG1008 Backgammon
  • MG1006 Baseball
  • MG1007 Blackjack
  • MG1004 Bowling/Micro Match
  • MG1012 Boxing
  • MG1005 Brickdown/Shooting Gallery
  • MG1009 Casino I: Roulette/Keno/Slots
  • MG1001 Catena
  • MG1003 Hangman/Tic Tac Toe/Doddle
  • MG1011 Pinball/Dungeon Hunt/Blockout
  • Built-In Rocket Patrol
  • MG1013 Space Destroyers
  • MG1010 UFO/Sea Monster/Break It Down/Rebuild/Shoot
Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:58

Video Pinball

La Video Pinball est une console de jeux vidéo dédiée, sortie en 1978. Conçue par Atari Inc. en tant que borne d'arcadepuis comme console de salon.

La console permet de jouer à 7 jeux (4 versions de flippers, 1 jeu de basketball, 2 versions du titre Breakout), elle utilise un micro-contrôleur et dispose d'une petite quantité de RAM.

Il y a eu trois différentes versions de la Video Pinball durant sa commercialisation. Une version FEO a également été produite pour et par Sears, et dont le nom a été changé en Pinball Breakaway avec le label Tele-Games de Sears.

Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:14

Ping-O-Tronic

Ping-O-Tronic est une console de jeux vidéo produite par Zanussi en 1974 sous la marque Sèleco1. C'est la première console produite en Italie.

Elle est fabriquée en plastique orange et blanc avec un emplacement prévu pour les manettes de jeu. Elle est commandée par trois puces 7400. Les trois jeux disponibles sont assez ressemblants les uns des autres : Pong, un jeu de squash et un jeu de rebond de balle contre un mur.

Il existe plusieurs versions de la console, identifiées par les initiales PP-1 à PP-10. Ces versions sont très similaires, il n'y a pas de différences significatives pour l'utilisateur final ; ce sont plutôt des améliorations techniques au niveau de la mise en œuvre. La version PP5 au contraire, propose un nouveau port avec lequel on peut connecter un fusil optique qui permet de jouer à un jeu de tir. Cet accessoire est appelé Gun-O-tronic. À l'époque, c'est une des rares consoles qui permet de jouer à des jeux de tir, les deux autres étant la Magnavox Odyssey et la Philips Tele-Spiel ES-2201.

Le 21 avril 1975, Zanussi obtient une licence auprès de Sanders Associates (en) qui lui permet d'implémenter le jeu Pong à sa console Ping-O-Tronic2.

Play-O-Tronic[modifier le code]

En 1977, Zanussi commercialise une nouvelle console Pong-like nommée Play-O-Tronic. Contrairement à la console précédente, produite avec des « composants discrets » à partir d'une seule puce AY-3-85003. Cette nouvelle console permet de choisir entre six matchs en appuyant — sur la façade de la console — sur l'une des six touches orange (numérotée de un à six), les six jeux au choix sont : Fusil 1, Fusil 2, Tennis,Football, Pelote 1 et Pelote 2. Le corps de la console est gris clair sur la partie supérieure et inférieure, tandis que les autres parties sont de couleur noire. Comme la précédente, elle est équipée d'un emplacement pour les deux manettes, qui sont identiques au modèle antérieur, excepté la couleur et l'ajout d'une « roue » disposant d'un bouton.

Pendant les mois d'octobre, novembre et décembre 1977, Zanussi aurait vendu 21 514 Play-O-Tronic pour un montant de 620 408 000lire italienne. Sur ces 620 408 000 lires, 5,5 % sont consacrées à payer la licence Sanders (34 122 440 lires)2, le coût de chaque console est donc de 28 837 lires.

La Play-O-Tronic a également été vendue en Allemagne par Karstadt-Quelle sous le nom UNIVERSUM TV Multi-Spiel4.

Notes et références[modifier le code]

  1. Donovan Tristan, Replay, The History Of Video Games, Yellow Ant, Lewes (United Kingdom), 2010 (ISBN ISBN 978-0-9565072-2-8)
  2. a et b pongmuseum.com - Newsblog [archive] Pong Story site (en)
  3. Pong-Story : Zanussi / Seleco Ping-O-Tronic [archive] Pong-story site:Zanussi
  4. Pong Picture Page [archive]

Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:14

Odyssey (console de jeux vidéo)

L'Odyssey, produite par Magnavox en 1972, est la première console de jeu vidéo, précédant de un an les premières consoles européennes, et de trois ans les consoles Pong d’Atari.

Historique[modifier le code]

L'Odyssey a été conçue par Ralph Baer, qui travaillait chez Sanders Associates. Après avoir construit six prototypes, la version finale, appelée « Brown Box » (boîte brune) par Ralph lui-même, fut montrée à des fabricants de téléviseurs afin d'être commercialisée. Après plusieurs échecs, Magnavox signa un premier accord fin 1970. Le développement dura presque deux ans, avant que l'Odyssey ne soit annoncée en mai 1972 et disponible chez les revendeurs Magnavox en septembre. À la différence de la plupart des consoles de jeu d'aujourd'hui, l'Odyssey contient principalement de l'électronique analogique, et n'utilise nilogiciel, ni processeur, ni mémoire. Ses graphismes étaient limités à deux carrés représentant les joueurs, un troisième plus petit en guise de balle ou de cible, et une ligne centrale pouvant être réduite en hauteur, et déplacée à gauche ou à droite. En outre, à la différence de n’importe quelle console conventionnelle d’aujourd’hui, ce système fonctionnait avec despiles car à l'époque, l'utilisation de blocs secteur n'était pas encore au goût du jour. L'Odyssey (à l'exclusion de l'Odyssey²) n’avait pas de capacités sonores, mais des modèles plus évolués tels que l'Odyssey 200 de 1975 étaient déjà dotés d'unhaut-parleur simulant des bruits de rebond.

L'Odyssey utilisait des cartouches amovibles qui s’inséraient dans une fente. Celles-ci ne contenaient pas de programme, mais connectaient les divers circuits de la machine pour définir ce qui était affiché et comment les divers événements (collision, etc.) étaient gérés. L'Odyssey utilisait des masques transparents appelés Overlays, à mettre sur leur écran de télévision pour simuler les décors. Deux tailles d’écran étaient disponibles, couvrant la majeure partie des écrans commercialisés en 1972. Une même cartouche pouvait servir à plusieurs jeux, la différence se faisant au niveau du masque et des accessoires utilisés, ainsi que des règles de jeu. Parmi les accessoires livrés avec la console: jetons en plastique, cartes diverses, dés, monnaie, auto-collants à mettre sur les masques, etc.

Le prix initial de 99$ n'empêcha pas à l'Odyssey de se vendre à plus de 100 000 exemplaires en quatre mois, bien que le fait d'être exclusivement vendue chez les revendeurs Magnavox laissait certains clients penser que la console ne pouvait fonctionner qu'avec un téléviseur de chez Magnavox. Pour cette raison, la quasi totalité des consoles vendues dans les années 70 portaient la mention "fonctionne sur tout type de téléviseur, noir et blanc ou couleur". En 1974, Magnavox réalisa qu'un vaste marché de jeu vidéo s'était développé sans pour autant que les royalties ne soient versées. Pour cette raison, Magnavox poursuivit en justice tous les grands fabricants de jeux vidéo, à commencer par Atari qui dut payer la bagatelle de 700 000 dollars. Les autres suivirent rapidement : Mattel, Seeburg, APF, Activision, Nintendo, Sega, etc. Au final, environ 100 millions de dollars furent versés à Magnavox entre 1974 et la fin des années 1990, lorsque les divers brevets tombèrent dans le domaine public.

L'Odyssey utilisait aussi un fusil appelé Shooting Gallery. Celui-ci ne faisait que détecter la lumière de l'écran, ce qui permettait de le pointer sur une ampoule pour fausser le jeu. Cependant, comme l'Odyssey n'affichait aucun score à l'écran, la ruse était inutile.

L'Odyssey fut exportée dès 1972 dans plusieurs pays : l'Allemagne fin 1973, la France fin 1974, Singapour, Israël, le Royaume-Uni, l'Égypte, etc.

Ralph Baer inventa le jeu électronique classique « Simon » pour Mattel en 1979. Magnavox plus tard sortit plusieurs autres consoles similaires à Pong basées sur l'Odyssey (qui n’utilisaient pas de cartouches ou de cartes de jeu), et même à un moment, une console réellement programmable, utilisant des cartouches, l'Odyssey², en 1978.

La première excursion de Nintendo dans le monde des consoles fut de vendre l’Odyssey de Magnavox au Japon en 1975, avant que Nintendo ne fasse elle-même ses propres consoles. En 1985, Nintendo poursuivit Magnavox en justice en tentant d'annuler ses brevets sous prétexte qu'un certain William Higinbotham avait construit un jeu de tennis en 1958 à l'aide d'un oscilloscope. Le tribunal examina les brevets en détail, et conclut que le jeu de 1958 n'utilisait pas de signaux vidéo, et donc, n'avait rien à voir avec les brevets de Ralph Baer et de Magnavox. Nintendo dut s'acquitter de plusieurs millions de dollars de royalties et de dommages et intérêts.

Notes et références[modifier le code]

Liens externes[modifier le code]

Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:13

Coleco Telstar

Coleco Telstar est une console de jeu vidéo de première génération produite par la société américaine Coleco et commercialisée à partir de 1976. Originellement, la console était un clone de Pong avant d'être déclinée sous plusieurs variantes.

Histoire[modifier le code]

En 1975, General Instrument lance un projet qui va changer le monde des jeux vidéo, et plus particulièrement celui des Pong. En créant une puce nommée AY-3-8500, la société lance le composant qui sera par la suite connu sous le nom de Pong-On-A-Chip.

Les ingénieurs de Coleco sont les premiers à l’exploiter, donnant naissance à la gamme des consoles Telstar. Conscient du potentiel du produit, le président de la société, Arnold Greenberg fera en sorte que sa firme soit la première à se rapprocher de General Instrumentpour suivre le développement du processeur.

Dans sa quête, il sera aidé par Ralph Baer, le concepteur de l'Odyssey, commercialisée par Magnavox. Ce dernier va faire en sorte queColeco puisse acheter l’exclusivité des droits de commercialisation de la puce. Ainsi, chacune des millions de puces pong-on-a-chipvendues par la suite lui rapportera de l'argent (les consoles produites autour de la puce AY-3-8500 sont si nombreuses qu'il est quasiment impossible de les lister). Il est aujourd'hui considéré comme l’inventeur du jeu vidéo de salon ; il interviendra par ailleurs dans la conception de la Telstar afin de corriger quelques problèmes techniques.

La première Coleco Telstar sort dans le courant de l’année 1976 ; c’est la première console à intégrer la puce de General Instrument. Elle ne propose au départ que trois jeux, chacun disposant de trois niveaux de difficulté : le tennis, le hockey et le handball. Avec le temps, la puce évoluera et, avec elle, la gamme dérivée de la Telstar. Afin de réduire les coûts de main-d’œuvre, la console est vendue avec les décorations et autres autocollants que le client peut apposer lui-même (cela explique le fait que, sur les consoles vendues d'occasion, ces derniers sont parfois posés de travers).

À noter que la Telstar est sortie au Canada sous le nom de Telstar Deluxe et qu’une autre version a été distribuée aux États-Unis par la chaîne de magasins Montgomery Ward sous le nom de Telstar Video World of Sports.

Les ventes seront immédiatement bonnes, avec plus d’un million d’unités vendues pour cette première machine, même si la Coleco Telstar ne dépassera pas les frontières desÉtats-Unis et du Canada.

Caractéristique technique[modifier le code]

  • Microprocesseur : GI AY-3-8500 (Pong-On-a-Chip)
  • Prix d'origine : 49,99 USD

Sur les autres projets Wikimedia :

Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:11

APF TV Fun

L'APF TV Fun est une console de jeux vidéo de première génération. Il s'agit d'un clone de Pong fabriqué par APF Electronics au Japon à partir de 1976. Cette console est basée sur la puce AY-3-8500.

Les modèles 401 et 401a disposent d'un haut parleur intégré, de deux boutons de contrôle, d'interrupteur à bascule pour la difficulté (les choix sont « professionnel » ou « amateur »), pour l'angle/la taille de la batte/la vitesse de la balle. Il y a aussi une molette pour choisir entre les 4 jeux intégrés (à savoir le tennis, le hockey, le handball et le squash1).

Sources[modifier le code]

  1. APF TV Fun [archive], sur Old-computers.com. Consulté le 18/10/2012.
  2. olor TV Game Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références ». (Modifier l'article) Color TV Game Fabricant Nintendo Type Console de salon Génération Première Date de sortie 1977 Fin de production 1980 Média Aucun Contrôleurs Joystick, manette de jeu Unités vendues 2 millions d'unités (toutes versions confondues) [réf. nécessaire]

    Color TV Game NES
    Famicom modifier La Color TV Game 15

    Les Color TV Game (カラー テレビゲーム, Karā Terebi Gēmu?, Color TV Game) sont les premières consoles de salon deNintendo. Il en existe cinq versions, sorties uniquement au Japon.

    La première version sort en juin 1977 sous le nom de Color TV Game 6 et au prix de 9 800 ¥. Nintendo souhaitait concevoir et construire la console de « A à Z », mais étant donné le coût trop important de la fabrication des microprocesseurs, c'est finalement Mitsubishi qui fournira ces composants. Elle fonctionne à piles, et contient six versions d'un jeu proche de Pong, nommé Light Tennis. Les joueurs commandent leurs palettes à l'écran avec des molettes fixées directement à la machine. La console se vendit à 360 000 exemplaires.

    Le même mois, Nintendo lance la Color TV Game 15 pour 18 000 ¥. Avec deuxmanettes dorénavant câblées, un adaptateur secteur et quinze versions légèrement différentes de Light Tennis, ainsi qu'un processeur plus puissant que son prédécesseur, il s'en est vendu 700 000 exemplaires.

    En juin 1978, Nintendo lance la Color TV Game Racing 112 pour 12 500 ¥. Elle contient une dizaine de jeux vidéo de course et dispose d'un volant et d'un levier de vitesses. Alternativement, deux manettes plus petites peuvent être utilisées pour le multijoueur. La console fut moins populaire que les deux précédentes, avec 160 000 machines vendues.

    En avril 1979 sort la Color TV Game Block Kuzushi, pour 13 500 ¥, un jeu solo basé sur Breakout, le casse-briques à succès à l'époque. L'apparence externe de la console est l'un des premiers projets de Shigeru Miyamoto après avoir rejoint Nintendo en 1977. La console se vendit à 400 000 exemplaires.

    La Computer TV Game, le dernier système sans cartouches de Nintendo, a été distribuée au Japon en 1980 pour 48 000 ¥. C'est un portage du jeu d'arcade Computer Othello qui passa inaperçu en raison de la sortie des Game & Watch.

Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 14:10

stoire des consoles de jeux vidéo de huitième génération

Dans l'histoire des consoles de jeux vidéo, la huitième génération débute en 20111 par la Nintendo 3DS, suivi en 2012 de la Playstation Vita et de la Wii U, puis en 2013 avec laOuya, le GameStick, la Nvidia Shield, la piston de Valve Software (PC de salon se connectant au service en ligne Steam) ainsi que les PlayStation 4 et Xbox One.

Sommaire

Innovations[modifier le code]

Chaque nouvelle console de cette génération apporte un nouveau type d'innovation en matière de technologie. Pour cette huitième génération, les innovations sont nombreuses et variées :

  • La Nintendo 3DS, par exemple, offre la 3D stéréoscopique.
  • La Wii U se focalise sur la résolution HD pour Nintendo et l'utilisation d'une manette avec un écran tactile intégré, le GamePad.
  • Les nouvelles consoles (Steam, nvidia, kickstarters) reposeront sur des plateformes de vente de jeux en ligne, en opposition avec les consoles des constructeurs historiques proposant une double offre de jeux vendus soit sur support physique (exclusivement ou non), soit en ligne (exclusivement ou non).
  • En parallèle des consoles, on a opposé autrefois l'arcade, puis les ordinateurs fixes. Pour cette génération de consoles, on pourrait opposer les ordinateurs/tablettes/smartphones aux machines conçues pour le jeu vidéo en priorité (et plus exclusivement). Différents systèmes d'exploitation existent pour les tablettes/smartphones (android, iOs, windows RT), voire sont en commun avec les ordinateurs classiques (windows 8 disponible pour des ordinateurs hybrides tactiles). Certaines consoles de jeu utilisent ces systèmes d'exploitation. À l'inverse, les consoles de jeu proposent de plus en plus de fonctions multimédias, souvent un navigateur Web, et tendent à se rapprocher des ordinateurs.
  • La distinction entre console portable et console de salon devient de plus en plus floue. Des consoles portables peuvent afficher leur image sur un écran externe (nvidia, tablettes/smartphones apple avec le boitier apple TV ou par câble), et au contraire certaines consoles de salon peuvent être indépendantes d'un écran externe (Wii U, Nvidia).

Les consoles de salon[modifier le code]

Wii U[modifier le code]

En novembre 2010, le PDG de Nintendo of America, Reggie Fils-Aime, a déclaré que la sortie de la prochaine génération de Nintendo serait déterminée par le succès continu de la Wii. Nintendo a annoncé son successeur à la Wii, la Wii U, à l'Electronic Entertainment Expo 2011 le 7 juin 2011. La console est sortie le 30 novembre 2012.

Le contrôleur principal de la Wii U appelé "Gamepad" autrefois appelé "Mablette" (mélange entre la tablette et la manette) dispose d'un écran tactile intégré qui peut fonctionner comme un écran auxiliaire interactif, d'une façon similaire aux consoles de la gamme Nintendo DS et à la Nintendo 3DS, ou même comme écran principal lui-même, ce qui permet de jouer sans avoir besoin d'un écran supplémentaire connecté à la console (comme une console portable exclusivement à domicile). La Wii U est également compatible avec tous les périphériques de la Wii.

Ouya[modifier le code]

Le 3 juillet 2012, Boxer8 annonce une nouvelle console nommé Ouya. C'est une petite console fonctionnant sous Android 4.1 et basé sur le Téléchargement et le Streaming. La sortie aura lieu pour mars 2013 mais pour les développeurs, une sortie de la console s'est fait le 28 décembre 2012 2.

GameStick[modifier le code]

Son constructeur, PlayJam, a annoncé que c'est "la plus portable des consoles de salon": le prototype est aussi compact qu'une clé USB et possède 8 Go de mémoire flash. La console se branche directement sur le port HDMI d'un écran, avec une manette sans fil en guise de contrôleur, sur laquelle un slot de rangement permet de glisser la console. Il sera possible d'utiliser n'importe quel périphérique bluetooth. La console tournera sous Android Jelly Bean3.

PlayStation 4[modifier le code]

La PlayStation 4 a été présentée le 20 février 2013. Sa sortie est prévue pour le 29 novembre 2013 en Europe.

Xbox One[modifier le code]

Microsoft, créateur des consoles Xbox et Xbox 360, présente la Xbox One pendant un direct live, le 21 mai 20134, sa sortie est prévu pour le 22 novembre 20135.

Steam Machines[modifier le code]

Les Steam Machines sont un ensemble de consoles de salons utilisant le système d'exploitation SteamOS ainsi qu'une manette de jeu vidéo conçus par Steam. Elles seront commercialisées par différents construcvteurs en tre 2013 et 20146.

Steam va sortir en partenariat avec Xi3 la Piston7. La Piston serait une console de salon proche d'un PC, mais tournant sous Linux (la plate-forme steam est disponible sous Linux, certains jeux sont compatibles)8. Elle est pré-commandable pour 1 000 dollars9.

Les consoles portables[modifier le code]

Nintendo 3DS (+ 3DS XL & 2DS)[modifier le code]

La Nintendo 3DS a pour particularité de posséder deux écrans : celui du haut est au format 5:3 de 3,53 pouces et affichant la 3D auto-stéréoscopique (sans avoir besoin de lunettes spéciales) et celui du bas est tactile et au format 4:3 de 3,02 pouces. Elle dispose aussi d'un gyroscope et d'un stick analogique. Cette console est sortie le26 février 2011 au Japon, le 25 mars 2011 en Europe, le 27 mars 2011 aux États-Unis et le 31 mars 2011 en Australie.

La Nintendo 3DS XL possède deux écrans 90 % plus grands que ceux de la 3DS, elle suit la DSi XL dans la gamme des consoles portables avec une prise en main facilité.

La Nintendo 2DS a pour particularité de n'avoir aucunes fonctionnalités 3D, d'être plus simpliste sans être pliable et d'être abordable. Cette console est annoncée le 28 aout 2013pour une sortie le 12 octobre 2013.

PlayStation Vita[modifier le code]

La PS Vita possède un écran OLED tactile de 5 pouces sur le devant mais aussi un pavé tactile au dos de la console. Elle dispose également d'un gyroscope et de deux sticks analogiques. La console est sortie le 17 décembre 2011 au Japon et le 22 février 2012 aux États-Unis et en Europe.

Nvidia Shield[modifier le code]

La Nvidia Shield est une console qui sera produite par Nvidia, annoncé lors du Consumer Electronic Show 2013. D’après le constructeur, son système d'exploitation sera Android, et fonctionnera avec le Tegra 4. Il sera aussi équipé d'une sortie HDMI, d'un port micro-USB, d'un lecteur microSD et d'un écran de 5 pouces en 720p. Il sera aussi possible de télécharger des jeux à partir d'un PC et d'y jouer soit sur la console et son écran, soit sur une télévision10. On peut donc la considérer à la fois comme une console portable et de salon.

Comparaisons[modifier le code]

  • 2160p (non disponible pour les jeux)
  • 1080p
  • 1080i
  • 720p
  • 1080p
  • 1080i
  • 720p
  • 576i
  • 480p
  • 480i
  • 2160p (non disponible pour les jeux)
  • 1080p
  • 1080i
  • 720p
Repost 0
Yohann Lebredonchel
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de myll
  • Le blog de myll
  • : Je parle de mangas ,de mes lecture de la musique que j'écoute ,de jeux vidéo et des poème que j'écris
  • Contact

Profil

  • Yohann Lebredonchel

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens